L’ACCOUCHEMENT DANS UNE SOCIETE SURVALORISANT LE RAPIDE 3/4

Philosophes et scientifiques assimilent souvent la vie, et la conscience qui en procède, à une spirale de complexité qui ne cesse de s’élargir et de s’approfondir ; que la complexité ait partie liée avec la maturité de l’adulte et la civilisation, et la simplicité avec l’enfance, on en a aujourd’hui des preuves visibles partout autour de nous. Nous sommes littéralement ce que nous consommons. L’achat et la consommation ne sont pas l’un des aspects de notre comportement, ils définissent le sens de notre vie. Dans le monde de la naissance, j’associe SIMPLE à NATUREL ; puisque accoucher est un acte naturel, ce n’est pas la peine que je me pose des questions. Dans le même ordre d’idée, puisque vivre est un acte naturel, ce n’est pas la peine que je me pose des questions. Mais avant d’être naturel, vivre et accoucher sont des actes et il suffit de regarder un seul film sur la nature pour constater toute sa complexité. A tout âge, il est difficile de grandir et d’apprendre ; au départ, on a toujours l’impression d’y perdre. Il est facile de rester ignorant et puéril ; il suffit de se laisser aller au principe de plaisir. Dans le cas de la femme enceinte, il suffit qu’elle se laisse aller à la simplicité de la prise en charge totale et donc jamais suffisante au moment où elle pourrait se mesurer à sa véritable capacité à mettre au monde. Quels sont les freins ? Pour quels bénéfices ? Pour quels coûts ? Pour quelle vie ? Kundera dans « le plaisir de la lenteur » accuse la technologie, mais la technologie n’est jamais qu’un outil, une réponse à l’exigence de l’infantilisme qui la réclame, à la fois à la technologie et au capitalisme. Restauration rapide, musique rapide, communication rapide, montage rapide des films dont l’objectif suprême est la rapidité, la vie sur voie rapide (même si c’est une voie de développement zéro qui ne mène nulle part) – telles sont les tendances toujours plus ancrées qui dominent le commerce et la culture populaire dans le monde entier. Rapide ici ne veut sûrement pas dire meilleur, ni pertinent, ni même particulièrement efficace. Car l’intelligence se retrouve réduite à l’activation fulgurante des synapses existantes et non plus à la fabrication de nouvelles synapses qui met en relation les informations brutes produites par des neurones rapides et leur donne un sens. Temps brutalisé, temps maîtrisé, temps accéléré, temps vaincu. La vitesse relève presque de la pathologie. Nous finissons par normaliser le pathologique dans notre vie quotidienne. Ce n’est pas seulement un trouble déficitaire de l’attention, c’est un trouble déficitaire de l’attention obligatoire, défini par une culture qui nous dissuade de nous concentrer, qui nous écarte de la continuité et nous amène à une vie « syncopée ». Est-ce que parfois ocytocine et épisiotomie ne sont pas au service de cette rapidité ? Un accouchement médicalisé avec un accompagnement actif de la mère est une opportunité pour elle de redécouvrir l’attention obligatoire et continue qui lui sera fort utile par la suite dans les premiers mois du nourrisson.   Philosophes et scientifiques assimilent souvent la vie, et la conscience qui en procède, à une spirale de complexité qui ne cesse de s’élargir et de s’approfondir ; que la complexité ait partie liée avec la maturité de l’adulte et la civilisation, et la simplicité avec l’enfance, on en a aujourd’hui des preuves visibles partout autour de nous. Nous sommes littéralement ce que nous consommons. L’achat et la consommation ne sont pas l’un des aspects de notre comportement, ils définissent le sens de notre vie. Dans le monde de la naissance, j’associe SIMPLE à NATUREL ; puisque accoucher est un acte naturel, ce n’est pas la peine que je me pose des questions. Dans le même ordre d’idée, puisque vivre est un acte naturel, ce n’est pas la peine que je me pose des questions. Mais avant d’être naturel, vivre et accoucher sont des actes et il suffit de regarder un seul film sur la nature pour constater toute sa complexité. A tout âge, il est difficile de grandir et d’apprendre ; au départ, on a toujours l’impression d’y perdre. Il est facile de rester ignorant et puéril ; il suffit de se laisser aller au principe de plaisir. Dans le cas de la femme enceinte, il suffit qu’elle se laisse aller à la simplicité de la prise en charge totale et donc jamais suffisante au moment où elle pourrait se mesurer à sa véritable capacité à mettre au monde. Quels sont les freins ? Pour quels bénéfices ? Pour quels coûts ? Pour quelle vie ?

Allez, posez-vous 2′. Promis, vous n’en serez que plus efficace.

Pour s’inscrire CLIQUEZ ICI

Naître Enchantés® :

301, impasse de la corniche supérieure
83200 TOULON
SIRET : 809.192.263.000.14

Contact :

Magali Dieux – 06 03 82 04 02

 

Formulaire de CONTACT

Vivre Enchantés®

26, rue Victor Clappier
83000 TOULON
SIRET: 809.191.018.000.13
Déclaration d’activité en tant que prestataire de formation enregistrée sous le numéro 93.83.04942.83 auprès du préfet de région de Provence Alpes Côte d’Azur.
Organisme référencé DATADOCK

 

Formulaire de CONTACT