Témoignages

« Magali fait partie des pionnières des voies futures. Celles qui révèlent les formidables pouvoirs cachés de l’être humain. Qui peuvent s’éveiller, si vous le désirez et si vous y travaillez ».

Patrice Van Eersel,
« Mettre au monde »
Éditions Albin Michel, Essai Clé 2008

« Bonjour Magali, Petit message un peu moins de 3 ans plus tard… J’ai été la prem’s de Foch, pour un accouchement catastrophique et un post partum pas top… 20 mois plus tard, j’ai ressorti la méthode avec tous nos échanges bien gravés en tête pour me PREPARER. La vibration: elle était là tout du long. La sourire : et comment! La connexion avec mon petit : incroyable. Le résultat : un accouchement « sans peur », voie basse, sans péri… En 5 heures de bout en bout. C’était il y a tout juste un an et ça a tout « réparé ». Alors un GRAND merci pour la boite à outil! Belle journée à toi.

Krystelle M. entraînée par Magali Dieux, Suresnes


De sages-femmes

Anne Chartier, sage-femme cadre supérieur de l’hôpital Nord de Marseille :

« Bonjour, comme convenu je vous fais un petit retour du vécu d’Emilie, la sage-femme qui a pris en charge et accouché Mme A1. Emilie n’a pas été gênée par l’ambiance « sonore » de cet accouchement, mais s’attendait à des sons « chantés », plus qu’à des vibrations sonores. Emilie a surtout retenu la complicité et la symbiose du couple au moment de la naissance du bébé. Elle s’est même sentie, par moments, davantage écoutée par le futur papa que par la parturiente, lequel papa répétait mot pour mot les consignes qu’elle donnait à la maman. Cette expérience a été pour Emilie nouvelle, enrichissante et agréable. Cordialement. »


Béatrice Lurcat, sage-femme de la maternité d’Aubaine :

« Suivre une femme en travail, qui utilise la méthode Naître enchantés, a été pour moi une superbe expérience. Soutenue par son compagnon, la patiente2 n’attendait pas de moi que je lui « réussisse » son accouchement, elle vivait pleinement ce qui se passait dans son corps et l’accompagnait avec ce bel outil : la voix qui fait jaillir les grandes sensations et émotions du travail. J’étais présente pour les mettre en confiance, les soutenir dans leur démarche et accueillir leur enfant comme ils le désiraient. C’est bel et bien elle qui a donné naissance à son enfant et non la sage-femme! Dès la naissance, leur enfant était présent, calme, les réflexes exacerbés. Que de bonnes vibrations! »


Catherine Trottier Dauval, sage-femme de la maternité Catherine Baret de Pertuis :

« Je commence depuis peu à accompagner des couples qui se sont préparés à l’accouchement avec la méthode Naitre enchantes. Je précise que je ne suis pas encore formée à cette méthode. D’ors et déjà, j’ai pu constater à plusieurs reprises le bénéfice de cet entraînement sur la femme, le couple ainsi que sur le déroulement du travail. A l’évidence, le seuil de douleur est modifié : la femme gère et supporte mieux les contractions car elle les ressent moins douloureuses et les perçoit douloureuses moins longtemps. Ces femmes sont déterminées à aller le plus loin possible en s’appuyant sur le soutien actif de leur compagnon. Les couples sont plus autonomes, les futurs pères se sentent utiles, valorisés et plus impliqués dans le travail de l’accouchement. »


De mères et de pères enchantés

« Magali, voici notre témoignage du fabuleux week-end passé avec toi : lâcher prise, ouverture, retrouvaille de couple, conscience de soi, bien-être, moments câlins, amour fou de sa moitié et du bébé à naître, tels furent les ingrédients de ce beau week-end et autant de bagage pour préparer la naissance de bébé. Et Eugénie est née d’une merveilleuse façon, sans poussée, à la maison, dans notre cocon. Nous te souhaitons une bonne continuation et te disons… A bientôt.

Émilie et Vincent de Belgique entraînés par Magali Dieux,Paris.



« Encore merci pour le soutien que tu m’as apporté durant ma grossesse et les ouvertures que le travail fait avec toi a permises. Cette grossesse vécue de manière optimale et l’accouchement conforme à ce que je souhaitais vivre sont autant de bases solides sur lesquelles établir maintenant mon « devenir mère » et créer une belle et juste relation avec ma fille. »

Virginie et Frédéric du Vaucluse entraînés par Magali Dieux, Toulon.


 « Après trois jours de faux travail, j’étais épuisée. Je n’arrivais même plus à vibrer. C’est en entendant mon mari qui prenait le relais que je me suis accrochée au mot « oui ».

Sandra A. entraînée par Magali Dieux, Toulon.


Jusqu’au bout, jusqu’à l’arrivée d’Adinah Rose à 9h31, le son me permet de traverser la douleur, qui est réelle, qui est incroyable. De la traverser et de sortir de l’autre côté, un peu plus proche de mon bébé. D’inclure mon bébé dans ce travail, que nous faisons ensemble, main dans la main. C’est en cela que Naître Enchantée fut un cadeau inouï pour nous.

Clara B. entraînée par Magali Dieux, Los Angeles.

« Cette méthode m’a beaucoup aidé tout au long du travail pour l’ouverture du col, je me suis senti actrice de mon accouchement et cela m’a permis de me centrer, d’être présente à ma fille, d’être connectée aux femmes, de le vivre pleinement et consciemment. »

Charlotte J., entraînée par la facilitatrice Marie Prost, Marseille.


 « La vibration était pour moi un moyen d’encadrer la douleur, de lui donner en quelque sorte des limites, c’était très utile. Le sourire m’a permis de me rappeler que j’étais heureuse d’en être capable. Et physiquement, cela me permettait d’ouvrir encore plus grand. »

Corinne E., entraînée par Magali Dieux, Paris.


  « A la maternité de Pertuis, rien ne s’y opposait. La vibration m’a permis de diriger la douleur dans des zones du bassin, de la canaliser. »

Caroline G., entrainée par Magali Dieux, Pertuis.


 « La vibration m’a permis de vivre les péripéties de la naissance de ma puce avec sérénité cela m’a permis de ne pas paniquer lorsque l’on m’a annoncé la césarienne pour cause de problème avec le rythme cardiaque du bébé. Je suis restée confiante et positive. »


Clémentine L. entraînée par Magali Dieux, Suresnes.


 « J’ai commencé à vibrer lorsque les contractions sont devenues douloureuses, dans l’après-midi. Je me suis ensuite accrochée au son comme à une main courante, comme à un fil d’Ariane tout au long du travail. Comme peut-être un unique repère, un point d’ancrage dans lequel je trouvais la force de continuer, de rester centrée. De ne pas me laisser envahir par la douleur. »

Virginie B., entraînée par Magali Dieux, Toulon.


« J’ai vibré pendant le travail et ca m’a beaucoup aidé mais pendant la dernière heure la souffrance était trop grande pour que je pense au sourire, à l’intention etc…je me suis donc contentée de vibrer par la voix jusqu’à la fin et ça m’a aidé à traverser la douleur. »

Julienne B. F., entraînée par Magali Dieux, Toulon.


« Ça m’a beaucoup aidé à dépasser la douleur, la vibration m’a permis de tenir et de ne finalement pas demander de péridurale comme j’avais envie de le faire. À un moment je l’ai demandée : la dilatation n’était qu’à 5 et la douleur était déjà bien forte, mais j’ai réussi à passer les contractions suivantes et j’ai du coup pris conscience que je pouvais tenir. Finalement cette méthode m’a permis de dépasser la douleur ressentie mais aussi la crainte de la douleur à venir ; je me voyais tenir bon, je pouvais continuer ».

Fanny G., entraînée par la facilitatrice Marie Prost , Aubagne.


 « Le sourire est la seule chose que j’ai vraiment tenue tout le temps ; au point qu’après l’accouchement j’ai eu des courbatures dans la mâchoire. Lorsque j’ai été submergé par l’intensité des contractions, je n’ai pu garder la vibration.  Puis avec la péridurale, j’ai retrouvé la joie de la vibration. »

Elodie T. (après avoir accouchée avec l’EVA, Elodie Tisserand, artiste lyrique  est facilitatrice Naître enchantés à Nice)


« Je me sens nettement mieux physiquement et même moralement qu’après mes deux précédents accouchements gérés « plus classiquement ». Je suis assez fière aussi d’avoir géré l’événement en maîtrisant plutôt bien la situation. »

Laetitia M., entraînée par la facilitatrice Hélène Gourdeau-Ardit, sophrologue, Caen